Actualités

Des reconversions en hausse vers les métiers de la santé

Article du 18/11/2022 par Eduniversal

Des reconversions en hausse vers les métiers de la santé

Les métiers de la santé attirent un nombre croissant de personnes, et pas uniquement les nouveaux bacheliers. En effet, des étudiants, de jeunes diplômés et même des actifs issus d’autres secteurs opèrent leur reconversion professionnelle. Il reste que la démarche n’est pas aussi facile dans un secteur particulièrement sélectif.

Des profils très divers et non linéaires des candidats aux métiers de la santé

En fac de médecine ou en école de sage-femme, il n’est pas rare à l’heure actuelle de trouver des candidat(e)s issu(e)s de filières totalement différentes, comme le droit, la sociologie, le journalisme, l’économie, les écoles de commerce ou d’ingénieur… Parfois, ces personnes sont diplômées ou se préparent à décrocher leur master, voire ont eu une première expérience professionnelle, souvent insatisfaisante.

Alors, comment leur est venue l’envie de travailler dans le monde de la santé & social ? Elles évoquent des reportages, la lecture de blogs, des rencontres avec des médecins, psychiatres, infirmières, aides-soignants, sages-femmes, internes…

  • La pandémie de Covid-19 a également joué un rôle dans l’éveil des consciences, l’envie d’un travail qui a du sens, qui répond à des aspirations profondes.
  • Certaines se sont même confrontées aux réalités du milieu en effectuant des stages ou en acceptant un poste au bas de l’échelle.

Elles sont persuadées de trouver leur épanouissement dans ce domaine, qui apporte le contact humain, le social. Pour confirmer leur souhait, les personnes déjà en activité choisissent de réaliser un bilan de compétences.

Une reprise d’études difficile nécessitant une préparation sérieuse

Mais la reprise des études n’est pas un parcours aisé. En premier lieu, la sélection dans ces filières est sévère et il n’est pas évident de réussir du premier coup. Une remise à niveau en SVT et physique de terminale auprès du CNED est souvent nécessaire. Beaucoup misent sur les cours de physique et biologie du concours PASS (parcours spécifique accès santé).

Cette préparation augmente les chances de succès aux épreuves écrite et orale de la passerelle. D’ancien(ne)s élèves des classes prépas misent en revanche sur les facultés de médecine qui appliquent des coefficients élevés sur les physiques et les statistiques, des matières étudiées durant leur cursus précédent.

Si tous affichent une grande motivation, ayant la certitude d’avoir enfin trouvé leur voie, il faut se préparer à de longues études puisqu’en médecine par exemple, il faut neuf ans au minimum. Des années qu’il faut financer, grâce à l’épargne personnelle accumulée pendant les premières années de travail, par une contribution familiale, par une indemnité Pôle emploi, par les bourses d’études des hôpitaux, et bien d’autres moyens. Et même si voir le parcours de ses anciens camarades de classe d’autres secteurs peut être perturbant, ces futurs professionnels de la santé ne regrettent rien… à part de ne pas s’être lancés plus tôt.

Partagez cet article

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?