TOP 5 2017-2018
Licence Culture

Choisir une licence ou un bachelor en Culture - lumière sur la spécialité

int_etoile Le secteur de la Culture

En France, plus 10 000 musées, 43 000 monuments et d’encore plus nombreuses entreprises et associations de promotion ou de préservation de la culture pèsent 43 milliards d’euros dans l’économie nationale, démontrant, malgré une concurrence rude entre les candidats, l’étonnante vitalité de ce secteur.

Cette vitalité, malgré une diminution relativement constante des postes disponibles, s’explique aisément par la grande variété de ses métiers. Car, si la culture englobe des réalités aussi différentes que celle de l’art, la musique, l’audiovisuel, l’édition ou encore le jeu vidéo, il exige des savoir-faire comme la gestion de projets, la médiation culturelle, l’enseignement, l’évènementiel… 

int_blocnote Licences et Bachelors en Culture

Les études en lien avec la conservation et la promotion de la culture et du patrimoine attirent toujours autant les jeunes bacheliers, et pour cause, elles permettent d’accéder à des métiers de passionnés.

Il n’est donc pas étonnant de voir les écoles et universités proposer de nombreux bachelors et licences autour de ce secteur. Quel que soit le domaine culturel qui vous plait, les cursus spécialisés existent, alors avant de vous lancer dans un cursus, renseignez-vous bien sur les contenus des formations en question et sur leurs débouchés exacts. Du droit de la propriété intellectuelle, à la conservation, en passant par le commerce d’art, la promotion et bien d’autres, le milieu culturel dispose de nombreuses facettes à explorer avant d’opérer son choix d’orientation.

int_oeil L’œil du spécialiste : une licence ou un bachelor pour travailler à la promotion de la Culture

Valérie GUIBERT, directrice des études de l’ICART Paris dont le Bachelor Promotion de biens et d’évènements culturels est classé en 4e position de notre Top 5 « Culture », L’école du management de la culture et du marché de l’art, ne partage pas la morosité qui semble peser sur ce secteur et souligne la grande variété des opportunités qu’offre la culture aux jeunes bacheliers :

« Le secteur culturel est le 3e employeur européen et selon la DARES, le nombre de postes, que ce soit dans le domaine des arts visuels, du spectacle vivant, de l’audiovisuel ou du patrimoine, ne devrait cesser d’augmenter. Près de 100 000 nouveaux emplois devraient être créés dans la culture en France d’ici 2022.

Les métiers de la culture sont des métiers qu’on choisit d’abord par passion. Pour promouvoir la musique, il faut l’aimer, de même qu’il faut aimer le patrimoine de sa ville pour éprouver l’envie de le faire découvrir au plus grand nombre. Si la culture est à même d’insuffler de la magie à notre monde désenchanté, elle mobilise toutefois de nombreux savoirs spécifiques, qui vont de la sociologie des publics au droit de la propriété intellectuelle, en passant par des compétences organisationnelles quand il s’agit, par exemple, de monter un festival.

À l’heure où les nouvelles technologies transforment radicalement notre façon de « consommer » les œuvres culturelles, une grande curiosité et une large ouverture d’esprit seront des atouts non négligeables pour réussir dans les exaltants métiers de la culture. »

int_malette Travailler dans le secteur de la culture

Le secteur de la culture et du patrimoine offrent, comme vu précédemment, des métiers et des milieux très différents les uns des autres, même si l’on remarque que la majorité des professionnels du secteur travaillent dans la fonction publique. En effet, les postes de directeurs de musée, conservateurs ou encore restaurateurs ne sont accessibles que suite à des concours publics très sélectifs où les places disponibles se comptent sur les doigts d’une main. Car ne l’oublions pas la culture, c’est une affaire d’État !

Cependant, au cœur des entreprises privées, un éventail varié de métiers liés à la médiation, à l’évènementiel ou aux commerces et industries culturelles reste cependant envisageable et exigera de leurs futurs professionnels un socle de compétences solide et un investissement intellectuel certain. 

int_ecran La culture à l’heure de la digitalisation

Si les œuvres et produits culturels ont radicalement évolué ces quelques dernières années en raison d’une numérisation croissante, les métiers en lien avec ce secteur n’ont pas manqué de changer eux aussi. La digitalisation en marche et la consommation de plus en plus d’immatériels créent de nombreux besoins au cœur des associations et entreprises culturelles. Même les musées, place de culture par excellence, se tournent petit à petit vers la « virtualisation » des collections.

Les objets culturels et notre manière de consommer ces objets ainsi transformés par les nouvelles technologies, une grande ouverture d’esprit et une grande curiosité seront donc des avantages non négligeables pour évoluer dans les métiers de la culture.

int_podium Le classement des licences et bachelors en culture

Au classement des meilleurs Licences, Bachelors et Grandes Écoles, le palmarès 2017/2018 de la spécialité « Culture » illustre la grande diversité de débouchés envisageables. Le Top 3 à lui seul - le Cnam et sa Licence professionnelle Développement et protection du patrimoine culturel, spécialité Guide-conférencier (1re position), l’École du Louvre et son 1er cycle – Archéologie et Histoire de l’Art (2e position) et l’EAC avec son Bachelor Médiateur Culturel - illustre déjà trois évolutions professionnelles foncièrement différentes.

Attention cependant, n’oubliez pas qu’un Master est aujourd’hui bien souvent une nécessité pour qui souhaite accéder aux peu nombreuses places de ce secteur.

Les étudiants ayant consulté le classement des meilleurs licences et bachelors en Culture se sont également renseignés sur les palmarès suivants :


Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?